fr French
af Afrikaanssq Albanianam Amharicar Arabichy Armenianaz Azerbaijanieu Basquebe Belarusianbn Bengalibs Bosnianbg Bulgarianca Catalanceb Cebuanony Chichewazh-CN Chinese (Simplified)zh-TW Chinese (Traditional)co Corsicanhr Croatiancs Czechda Danishnl Dutchen Englisheo Esperantoet Estoniantl Filipinofi Finnishfr Frenchfy Frisiangl Galicianka Georgiande Germanel Greekgu Gujaratiht Haitian Creoleha Hausahaw Hawaiianiw Hebrewhi Hindihmn Hmonghu Hungarianis Icelandicig Igboid Indonesianga Irishit Italianja Japanesejw Javanesekn Kannadakk Kazakhkm Khmerko Koreanku Kurdish (Kurmanji)ky Kyrgyzlo Laola Latinlv Latvianlt Lithuanianlb Luxembourgishmk Macedonianmg Malagasyms Malayml Malayalammt Maltesemi Maorimr Marathimn Mongolianmy Myanmar (Burmese)ne Nepalino Norwegianps Pashtofa Persianpl Polishpt Portuguesepa Punjabiro Romanianru Russiansm Samoangd Scottish Gaelicsr Serbianst Sesothosn Shonasd Sindhisi Sinhalask Slovaksl Slovenianso Somalies Spanishsu Sudanesesw Swahilisv Swedishtg Tajikta Tamilte Teluguth Thaitr Turkishuk Ukrainianur Urduuz Uzbekvi Vietnamesecy Welshxh Xhosayi Yiddishyo Yorubazu Zulu
Interviews

Foot-Interview :  » Mon rêve dans le football est déjà réalisé à 70% « dit Babalito !

Woodensky Marlet Cherenfant s’est confié sur son avenir lors d’un entretien accordé à Media Sport Haïti. En effet, l’attaquant haïtien a avoué que son rêve dans le football est déjà réalisé à 70%.

Par : Fortuné Mackenson

Woodensky Marlet Cherenfant, surnommé Babalito, né à Fort-Liberté le 16 Janvier 1995 (26 ans), est l’unique enfant de sa famille qui jouait au football professionnel.

Woodensky Cherenfant a d’abord évoqué son enfance difficile. Pour devenir footballeur professionnel, le natif de Fort-Liberté révèle qu’il a dû fuguer pour réaliser ses rêves.

 » Ma famille ne voulait pas que je joue au foot, quand j’ai dit à ma famille que je voulais devenir footballeur, elle n’était pas d’accord « , avoue Woodensky Cherenfant avant d’ajouter :

 » Le début de ma carrière était vraiment difficile, j’ai dû jouer en cachette, malgré les découragements, je faisais beaucoup de sacrifices pour conduire ma carrière de footballeur. Personne dans ma famille ne pouvait croire que j’allais devenir un grand joueur de football « , a t-il déclaré.

Woodensky Cherenfant révèle aussi qu’il a eu la chance de jouer au foot après le décès de sa maman et avoue que son rêve dans le football est déjà réalisé a 70%.

L’attaquant haïtien précise qu’il ne connaît pas aucune expérience difficile durant le déroulement de sa carrière de footballeur, sauf ses deux opérations dans ses genoux.

Il commence a joué au football dans son quartier avant de rejoindre la Galaxie, une équipe située dans le Nord-est d’Haïti, là où il est formé comme étant footballeur. Il a joué une saison pour l’AS Limonade en seconde division.

Formé au sein de l’équipe de Galaxie, Woodensky rejoint le Tempête FC. Après des années plus tard, il trouva un autre contrat qui lui conduit dans le nord du pays pour déposer ses valises au sein du FICA du Cap Haïtien. Il a joué pas mal de saisons dans cette équipe. Après la fin de son contrat, il rejoint le Cibao FC, une équipe de première division dominicaine.

Woodensky, ex joueur de la Fière Colombe, est pour l’instant sans club, blessé depuis plusieurs mois lors d’un match aux États-Unis, le joueur se soigne actuellement pour entamer sa récupération. Son retour est proche il veut revenir à haut niveau.

Il a conclut en disant que son plus grand rêve c’est de jouer dans l’un des cinq grands championnats du monde. Il en a profité pour pointer du doigt les équipes qu’il préfère à l’échelle internationale : le Real Madrid et le Milan AC. Il conseille à tous les jeunes footballeurs haïtiens de travailler plus dur pour qu’ils puissent réaliser leurs rêves.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Soutenez-nous en supprimant votre bloqueur de publicités